Le don d’ovocytes et l’allaitement 

Une des infos qui m’a réconcilié avec le don d’ovocytes c’est la possibilité que mes filles prennent quelques uns de mes gènes une fois fixées sur mon endomètre. Il m’importait de savoir qu’en les portant je transmettais non seulement mon amour, mon vecu de grossesse, mais aussi mon sang et peut-être quelques uns de ces fameux gènes. C’est dire que la question du don plane toujours. Les deux embryons qui m’ont été transférés sont devenus miens car nous nous sommes adoptés mutuellement. Il a été prouvé qu’un bébé à patrimoine génétique identique sera différent selon le ventre dans lequel il grandit. 

Peut-être ai-je eu besoin de pousser le raisonnement un peu plus loin en allaitant mes filles, ce qui m’a permis de faire perdurer le lien une fois sorties de mon ventre, mais aussi de continuer à les « nourrir de moi ». Ma sœur qui n’a pas eu mes problèmes et a longtemps allaité m’a dit qu’elle avait voulu donner d’elle à son fils dans un contexte difficile entre elle et le père (il a menacé de kidnapper l’enfant et de lui trouver une nouvelle mère). Pourquoi serais-je différente d’une femme qui a conçu son embryon?

La transmission a toujours eu une grande place dans ma volonté de devenir mère je sais aujourd’hui que la transmission n’est pas qu’intellectuelle. 

Ce qui est plus troublant dans mon cas c’est que l’allaitement est devenu une bagarre, psychologiquement et physiquement douloureuse. Un peu comme une continuité de la PMA, comme si la facilité n’était pas une option dans ma vie. Mais la différence c’est que cette fois j’ai choisi. Ce choix a été lourd de conséquences, comme je l’ai mentionné dans un autre article, j’ai eu plusieurs mastites infectieuses et pendant plusieurs semaines je ne pouvais même pas porter mes filles tant je souffrais. J’ai été mentalement absente. J’ai eu des engorgements, des canaux lactifères bloqués quotidiennement pendant des mois après les infections. J’en suis venue à dire à ma sage-femme que j’avais l’impression d’avoir un revolver sur la tempe tant chaque palpation ou douleurs révélaient un nouveau problème que j’allais tenter de régler avant qu’il ne dégénère. Ça a duré presque jusqu’au cinquième mois, puis… l’eden. Plus aucun problème, ça roule depuis et j’ai enfin connu les avantages sans les inconvénients. Enfin pas tout à fait puisque je n’ai pas assez de lait et elles sont en mixte. Pour moi, les atouts, sans évoquer la question du lait humain versus maternisé, le nomadisme sans attirail, un contact qui calme et rassure super utile en cas de crise, maladie, gamelle, la possibilité inestimable de se rendormir la nuit une fois l’enfant au sein, l’aider à s’endormir d’ailleurs, même si ça c’est à double tranchant (que ça ne devienne pas systématique)…

 Je traîne cet article depuis des mois, le temps m’échappe entre le boulot et mes filles qui passent désormais les matinees-midis à la crèche après une adaptation épique en pleine période d’angoisse de la séparation… Elles dorment vers 21h, ce qui nous laisse un tout petit peu de temps à deux ou pour soi. On sort donc un peu la tête de l’eau. Elles sont désormais suffisamment autonomes pour que ça soit plus faciles, je suis passée du stress et de la survie au plaisir, au ravissement. Un premier tournant vers 5 mois quand l’allaitement est devenu simple et un deuxième vers 9 mois. J’ai toujours conscience de ma chance incroyable surtout dans les moments difficiles.

J’ai souvent essayé de m’accommoder de la vie possible sans enfant, tout en essayant si fort d’en avoir. Alors ma vie d’aujourd’hui reste un cadeau incroyable, stupéfiant. Et oui j’ai eu de la chance, mais je me remercie également de m’être entêtée, d’avoir subi et enduré pendant tant d’années sans renoncer. Renoncer ou reconnaître que la limite a été atteinte, ça a été mon dilemme, je n’en pense que davantage à celles qui n’ont pas ma chance. 

Publicités

13 réflexions sur “Le don d’ovocytes et l’allaitement 

  1. Hier encore je me disais qu’il fallait que je t’écrive… quand tu penses que rare étaient les journées où on ne se parlait pas! Et pourtant je pense très souvent à toi.
    Tu sais à quel point je suis d’accord avec toi sur la transmission, pour autant cela ne empêche pas d’avoir peur que ma légitimité de maman puisse un jour être remise en cause… certainement parce que parfois je le fais moi même.
    J’admire tes efforts surhumains, car oui, c’est vraiment le terme, que tu as déployés pour allaiter tes filles. Tu reviens de si loin. L’allaitement a été très facile pour moi, même si l’un tête et l’autre prend mon lait au biberon et comme toi, je crois qu’il y avait la volonté de donner encore plus de moi… à défaut d’avoir pu donner mes gamètes… mais aurais-je eu ton courage? Ta force? Ta persévérance? Je sais que Ca n’est que dans l’adversité que l’on se rend réellement compte de nos véritables limites mais j’ai tendance à penser que j’aurais abandonné… alors bravo, vraiment… je t’admire tellement…
    Je t’écris très très vite ❤️😘

    Aimé par 2 personnes

    • Une fois j ai un peu compris cette question de la légitimité avec les maladresses de ma belle-mère qui ne sait pas, mais c est notre sang, tout notre corps et notre tête qui ont été engagés dans cette création! Certes, sans l étincelle du début. Aujourd’hui dans le contexte que tu connais, je m interroge d autant plus sur l importance des gènes. Je crois que je chemine vers moins de regrets. Nous en aurons encore des étapes n est-ce pas! Merci pour ton mot, je t embrasse!

      J'aime

  2. Coucou, ça fait plaisir d’avoir de tes nouvelles et de voir que les choses avancent vers le mieux, que tes filles grandissent et que tu es heureuse. Je comprends l’importance qu’a pu avoir cet allaitement, j’en ai eu besoin aussi pour me réconcilier avec mon corps et rencontrer mon bébé, devenir vraiment sa maman. C’est super que les choses roulent maintenant, place au bonheur 😘❤️

    J'aime

  3. Encore un combat que tu as su mener jusqu’au bout ❤️. La question du don… faudra que je fasse un article la dessus un jour : comment imaginer que ces bébés que nous avons porté ne sont pas « vraiment » nos enfants ? Je vois même parfois une ressemblance physique avec ma fille. La transmission est en effet si importante. On leur donne à découvrir tellement de choses aujourd’hui : des saveurs, des odeurs, et demain tellement plus, des valeurs…
    Je suis heureuse de voir que tout va bien pour toi/vous. Profites en… profitons en 😘

    J'aime

    • Chère Leda, ce que tu dis est si juste et la question du don peut être pacifiée, elle reste un sujet qui resurgira à bien des étapes je pense. Et pourquoi pas une ressemblance avec ta fille? Ces fameux gènes du début de l implantation le rendent possibles. Et genes ou pas, nos enfants nous ressemblent sans aucun doute par bien des côtés. Quand mes filles ont dansé la première fois, j ai éclaté de rire, j ai dansé devant et avec elles depuis le début sans penser plus loin. J’espère que tu trouves des îlots de quiétude dans ta vie, de bonheur sans nul doute avec tes enfants… 😘

      J'aime

  4. Je suis heureuse de lire de tes nouvelles et de savoir que tu sors la tête de l’eau depuis quelque temps ! Un grand bravo pour ta persévérance dans cet allaitement douloureux… je n’aurais pas tenu (et m’en serais voulue à mort ensuite 😆). Gros bisous, plein plein de bonheur à venir 💖😍

    Aimé par 1 personne

  5. J’adore la fin de ton article, c’est si rare qu’on prenne le temps de se féliciter soi même pour le chemin parcouru ! Et bravo pour cet entêtement beaucoup aurait baissé les bras face à tant de difficultés surtout que je suppose que tu n’as pas toujours dû être soutenue dans ton choix d’allaiter malgré ces complications…. Quelle battante tu fais !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s